Ksathra Ah-Tarîn

Description:

Xeph , KleptoMage.

Bio:

Le monde tel qu’on le connait est rempli de découvertes et de merveilles. Parfois dangereuses, mais toujours excitantes, celles-ci n’attendent qu’à être révélées et partagées avec tous les peuples vivants et certaines personnes se font un point d’honneur à partir à la recherche prodiges. C’est le cas d’Assim […] et de Shahin […], un couple de Xephs devenu marchant d’arts et de chefs-d’œuvre. Ce couple voyage depuis plusieurs années au travers de tout […], côtoyant de multiples races et découvrant chaque jours des nouveaux pans de ce monde. Shahin s’inspire de leur voyage pour produire des toiles magnifiques qu’elle revend ensuite dans les plus grandes cités parmi les autres sculptures, poteries, bijoux et autres objets de valeurs qu’ils ont pu dénicher. Ce couple simple, positif, travaillant et rempli de bonnes intentions ne pouvait vivre plus heureux, sauf lorsque Shahin annonça à Assim qu’elle était enceinte.

Ksathra Ah-Tarîn naquit en plein milieu de l’été, dans un village nomade de Xephs. Déjà très actif en bas âge, on annonçait au jeune enfant un merveilleux destin. Les parents de Ksathra le nommèrent ainsi suite un ancêtre qui avait porté le nom au prestige grâce à de nombreux exploits. Ils espéraient donc que ce nom lui porte bonheur et lui emmène une aussi belles prestance dans le futur. Curieux et dévoué, Ksathra apprit le métier de ses parents et se porta volontaire pour les suivre de part le monde. Ainsi, le jeune Xeph vécu une enfance et une adolescence de voyages et de découvertes. Il devint un expert dans les œuvres d’art, tant dans les peintures, les sculptures que les objets forgés ou la joaillerie. Il adorait négocier et argumenter avec les clients pour obtenir le meilleur prix. Il prenait beaucoup exemple sur son père qui lui avait appris que la meilleure manière d’obtenir quelque chose était d’inspirer confiance et calme chez son interlocuteur. Ksathra devient alors une personne enjouée aimant raconter des blagues, sans aucune discrimination pour autrui et qui transpirait un esprit de sociabilité sans limite.

À l’âge de 18 ans, le xeph était un adulte d’environ 5’6, svelte et gracieux. Il avait rasé ses cheveux lors d’un encan et les tenait ainsi depuis ce jour. Ces yeux sombres sont rieurs et amicaux. Il aime porter des vêtements traditionnels de sa race et arborer des bracelets de cuir et d’or, tant pour montrer qu’il a bon goût, mais aussi pour montrer qu’il s’y connait. Espiègle, il aime user de ruse et jouer des tours. Très agile, il arrive à se sortir de situation périlleuse grâce à sa vitesse naturelle plutôt qu’à sa force. Il agit parfois sans réfléchir aux conséquences, mais sait se débrouiller pour s’en sortir avec ingéniosité. Ksathra vivait une vie merveilleuse en compagnie de ses parents, mais un certain sentiment d’indépendance et d’étrangeté le tiraillait de l’intérieur. Il voulait courir, s’échapper et aller de l’avant au lieu d’attendre que les autres viennent vers lui. Ses parents lui conseillèrent de prier et d’offrir des offrandes à Fharlanghn, dieu des voyages et des routes, capable de montrer la voie à ceux qui la cherche. Connaissant la puissance des Dieux, le jeune xeph suivit le conseil et souhaita de découvrir un moyen d’exploiter son plein potentiel. Et cela arriva de la plus étrange des manières…
Ksathra et ses parents se trouvaient à […] depuis maintenant quelques jours et s’apprêtaient à replier leurs bagages et leurs marchandises pour […] quand un homme s’approcha d’eux. Il portait une longue robe violette et semblait furieux. Ces yeux oranges lançaient des éclairs de frustrations et il crachait des injures dans une langue que les xephs ne connaissaient pas. L’homme se dirigea directement sur Assim et l’injuria violemment. Assim chercha à calmer l’homme qui l’accusait de lui avoir volé un objet de valeur, mais ce dernier ne voulait rien entendre. Soudainement, l’homme se mit à faire des gestes de la main et à incanter. Ksathra, qui se trouvait tout prêt, senti que quelque chose n’allait pas et se rua sur l’inconnu. Il lui attrapa l’épaule par en arrière et lui tordit le bras dans un geste brusque. C’est à ce moment qu’il senti qu’une énergie étrange se propageait entre son adversaire et lui et ses mains s’illuminèrent d’une faible lumière orange. L’homme se dégagea et, furieusement, cracha un mot en direction du xeph qui s’était interposé en levant la main vers lui. Pendant une seconde, le temps se figea. Plus personne ne bougeait. L’homme cligna des yeux plusieurs fois en regardant sa main, incertain. Il répéta ses gestes bizarres et ses mots magiques, mais rien ne se passa. Mû par une inspiration étrange, Ksathra leva la main et répéta se qu’avait dit l’homme. Il sentit alors une grande énergie déferler en lui et sa main projeta de longues flammes rouges et oranges. Son adversaire cria de stupeur et s’enfuit en courant. Ksathra resta interdit face à ce phénomène, incertain de ce qu’il venait de faire. Son père vint placer une main sur son épaule et le remercia. Une lueur de fierté et d’inquiétude brillait dans son regard alors que son visage exprimait une surprise évidente. La famille de Xeph terminèrent de ranger leur caravane, puis reprirent la route en silence.

Au bout de quelques heures, ils croisèrent une petite chapelle de Fharlanghn et Ksathra demanda s’il pouvait faire un petit arrêt. Le xeph s’accroupit face à l’autel et récita une courte prière. Lorsqu’il se releva, une vieille femme se tenait en arrière de lui. Celle-ci se présenta comme une voyante ambulante et lui proposa de lui lire les lignes de la main. Incertain, mais tout de même curieux, il accepta. Dès qu’elle eut touché ses mains, la femme se mit à rigoler. Elle lui annonça qu’il venait de réveiller une force intérieure qui ne pouvait que grandir s’il s’en occupait convenablement et qu’une vie remplie d’aventure l’attendait. Elle lui recommanda ensuite d’écouter les conseils d’un homme appelé Amborân. Ksathra chercha à en savoir plus, mais la vieille femme se mit à déblatérer des propos incompréhensible à propos d’une tarte aux figues et d’un mage pouvant parler aux pissenlits. Le xeph remercia la voyante et alla rejoindre ses parents.
Plusieurs mois passèrent avant que la prédiction de la vieille femme ne fasse un certain sens pour Ksathra. Ce dernier se trouvait à Tar-Lumière et recherchait la maison d’un acheteur potentiel pour une poterie de très grande valeur. Malheureusement, il se fit prendre dans un coupe-gorge alors qu’il tentait un racourcis au travers d’une ruelle : trois brigands l’attendaient et cherchèrent à lui voler ses biens. Ksathra utilisa son agilité naturelle pour s’échapper et une course-poursuite s’engagea. Le xeph se retrouva malheureusement dans un cul-de-sac et dû se défendre. Il vint facilement à bout de son premier adversaire et lui vola sa dague. Heureusement pour lui, Assim avait été lanceur de couteau avant de faire carrière comme marchand d’art et lui avait donc appris les bases du combat au couteau. Malgré tout, il se retrouvait maintenant à deux contre un. Orgueilleux, Ksathra refusait de se déclarer vaincu et engagea le combat, mais les deux autres prirent le dessus rapidement.
Tout à coup, comme sorti de nulle part, une flèche se figea dans le dos de l’un de ses adversaires. Les trois combattants s’arrêtèrent un instant pour constater qu’un homme muni d’un arc venait d’apparaître au bout de la ruelle et les semait d’arrêter. Le deuxième brigand cracha à terre et se mit à incanter en direction de l’intru. Profitant de cet instant d’inattention, Ksathra l’attaqua par derrière et, encore une fois, il senti qu’une grande énergie provenant du brigand se transmettait en lui. Aussitôt, il relâcha cette énergie pour déclencher une déflagration électrique qui mit hors combat le voleur. La voie était libre et le xeph pu s’enfuir alors que son sauveur achevait l’autre brigand.
Conscient de la dette qu’il avait envers l’inconnu, Ksathra alla le remercier chaleureusement et lui offrit l’un de ses bracelets d’or. L’homme le jugea un instant, mais semblait peu intéressé par l’objet de valeur. Il préférait lui poser des questions sur sa vie et les talents qu’il possédait, leurs origines et s’il savait s’en servir. Ksathra lui raconta que ce n’était que la deuxième fois qu’il expérimentait un tel phénomène et qu’il ne savait pas trop ce que c’était. L’homme se présenta alors sous le nom d’Amborân et lui dit qu’il était un kleptomage capable de l’aider. Selon lui, Ksathra possédait un réel potentiel et il pouvait l’aider à se développer. Se souvenant de la voyante, le xeph accepta et se plaça sous la tutelle d’Amborân.
Son entraînement dura presqu’un an et demi au travers de petites tâches diverses et d’entraînement physique intensif. Ksathra présenta son maître à ses parents comme étant un chercheur de trésor qui avait besoin d’un assistant pour une tâche plus complexe dans le sud. Les parents du xeph acceptèrent de laisser leur fils partirent, ne sachant pas qu’ils le confiaient à un kleptomage qui montrerait à leur fils toutes les subtilités du combat à la dague, du crochetage, du vol, de l’infiltration et de la magie profane coulant dans les veines du jeune xeph. Ce dernier se plia aux exigences d’Amborân dans les limites de la morale : ils ne volaient qu’aux riches, ne blessaient ni les innocents ni les enfants et ne s’engageaient pas dans des causes purement maléfiques. Briser les lois était plutôt pour eux une espèce de jeu et de tests servant à mettre leurs capacités à l’épreuve et les pousser à dépasser leurs limites.

Ksathra apprit beaucoup en compagnie d’Amborân et ce dernier était fier de son élève.
À la fin de son entraînement, le maître souhaita à son élève une vie remplie d’aventure merveilleuse, lui rappelant que le monde était vaste et rempli de défis de toutes sortes, que chaque jour était un prétexte à peaufiner ses habiletés et qu’il ne devait jamais oublier les enseignements qu’il lui avait prodiguer. Ksathra le remercia et retourna au près de ses parents. Il se sentait grandit intérieurement et continua à s’exercer au travers de ses voyages, développant également un goût névrosé pour la kleptomanie de petits objets et d’objets de valeurs qui le mit souvent dans des situations à la fois cocasses et risquées. Mais le xeph vivait sous l’adrénaline de ses actes et ne rêva plus que du jour où il serait appelé à partir de son propre chef pour réaliser une plus grande quête, une aventure mettant toutes ses capacités à l’épreuve et qui lui apporterait succès et satisfaction.

Ksathra Ah-Tarîn

Bipolarité LouisPelchat